Un peu d'histoire

Le Bâtiment

Le Théâtre des Champs-Elysées est sans conteste l’un des plus beaux lieux de spectacle parisiens. Construit en 1913, il a la particularité d’avoir été conçu par un groupe d’artistes : les architectes Henry Van de Velde puis Auguste Perret, le peintre et sculpteur Antoine Bourdelle, le peintre Maurice Denis, ainsi que le cristallier René Lalique pour ne citer que les principaux d’entre eux. Il fut le premier théâtre parisien à être entièrement construit en béton armé.

La restauration de la Grande Salle consacrée aux représentations lyriques, aux concerts symphoniques et à la danse fut décidée en 1985. Deux ans plus tard, le 23 septembre 1987, le Théâtre rouvrait ses portes, entièrement rénové. Quinze ans après ces importants travaux il a été décidé d’entreprendre une nouvelle campagne de rénovation, mais afin d’éviter la fermeture complète du théâtre pendant une saison entière, les travaux s’effectuent désormais par étape pendant la période estivale. Il s’agit alors de remplacer des équipements vieillissant, de remédier à l’usure de certaines parties importantes du théâtre et d’améliorer le confort des spectateurs et des artistes lors de leur venue. Ainsi ces dernières années, les travaux ont notamment concerné la rénovation du marbre de la façade, le remplacement de la moquette de la salle par du parquet, l’installation d’un nouveau décor de concert entièrement en bois permettant une très nette amélioration de l’acoustique, la fosse d'orchestre et les dessous de scène .

Le Théâtre des Champs-Elysées est désormais un outil de travail moderne recevant chaque année près de 300.000 spectateurs et quelques milliers d’artistes et de collaborateurs.

Le Théâtre des Champs-Elysées, fleuron de l’architecture française du XXème siècle, fut dès 1953 l’un des premiers édifices du patrimoine architectural contemporain à être classé parmi les Monuments Historiques. Depuis 1970 la Caisse des Dépôts est propriétaire de l’ensemble du bâtiment du 15 avenue Montaigne et principal mécène du Théâtre.

Les grandes heures du Théâtre des Champs-Elysées

Sa naissance reste marquée par le “scandale” de la création du Sacre du Printemps de Stravinsky interprété par Nijinsky, une œuvre qui choqua tout autant par sa musique que par sa chorégraphie.

“Je les ai fait venir à Paris des quatre coins du monde, ces chevaliers errants. ” Ainsi s’exprimait Gabriel Astruc, premier directeur du Théâtre. Ses successeurs ont tous affiché la même ambition.

L’aventure artistique du Théâtre des Champs-Elysées est illustrée par la présence, depuis plus de 90 ans, des artistes les plus prestigieux de l’histoire de la musique, de l’opéra et de la danse.

Citons les chefs d’orchestre tels que Karl Boehm, Pierre Boulez, William Christie, Claude Debussy, Wilhelm Furtwaengler, Valery Gergiev, Carlo Maria Giulini, Bernard Haitink, D.E. Ingelbrecht, Herbert von Karajan, Otto Klemperer, Josef Krips, Lorin Maazel, Kurt Masur, Zubin Mehta, Willem Mengelberg, Pierre Monteux, Charles Münch, Riccardo Muti, Seiji Ozawa, Manuel Rosenthal, Sir Georg Solti, Arturo Toscanini, Bruno Walter, René Jacobs, Marc Minkowski... à la tête des plus grands orchestres français et étrangers (Vienne, Berlin, Cleveland, Boston, Saint Pétersbourg…) accompagnant les plus grands chanteurs (Feodor Chaliapine, Elizabeth Schwarzkopf, Maria Callas, Luciano Pavarotti, José van Dam, Jessie Norman, Anne Sofie von Otter, Felicity Lott, Cecilia Bartoli, Natalie Dessay, Juan Diego Florez, Angela Gheorghiu, Roberto Alagna…) et solistes ( Horowitz, Serkin, Arrau, Stern, Rostropovitch, Pollini, Brendel, Vengerov, Kissin, Anne-Sophie Mutter…).

Pour la danse, citons les Ballets russes de Serge Diaghilev, Isadora Duncan, les Ballets Suédois, le New York City Ballet de George Balanchine, le Ballet de Paris de Roland Petit, Maurice Béjart, les troupes russes du Bolchoï et du Kirov, Michail Barishnikov, Trisha Brown, Sylvie Guillem, Angelin Preljocaj… sans oublier la Revue Nègre de Joséphine Baker.

Répertoire

L’architecture et le climat du théâtre sont particulièrement adaptés à Mozart et ce dernier a toujours connu une place privilégiée au cours des saisons, et a été servi de tous temps par les plus grands artistes du moment.

La salle a aussi montré sa capacité à accueillir dans des conditions prestigieuses les ouvrages des plus grands compositeurs allemands d’opéra des XIXème et XXème siècles tels que Wagner et Strauss. Le répertoire italien a lui aussi connu des heures de gloire avec les représentations d’opéras de Rossini, Donizetti, Verdi, ou encore Puccini. Enfin, le public du Théâtre des Champs-Elysées a pu entendre dès 1913 de grandes œuvres de la musique russe de Moussorgski, Rimski-Korsakov, Glinka, Tchaïkovski ou Prokofiev… Le répertoire français ne fut pas en reste puisque défendu notamment par l’Orchestre National de France en résidence avenue Montaigne dès sa création en 1934.

Depuis une vingtaine d’années, le Théâtre est également devenu l’une des scènes de référence pour le répertoire baroque et les artistes qui n’ont eu de cesse de le porter à un haut niveau (William Christie, Marc Minkowski, René Jacobs, Emmanuelle Haïm, Christophe Rousset, Jean-Claude Malgoire, Philippe Herrewghe, Jean-Christophe Spinosi…) et on a pu y voir et entendre notamment une importante série d’ouvrages de Haendel, Vivaldi, Pergolesi, Scarlati, Lully et Bach et découvrir toute une jeune génération de chanteurs rompus à ce répertoire.

Enfin, il faut noter que galas et vedettes du music-hall ont toujours été accueillis dans le théâtre de l’avenue Montaigne. De Joséphine Baker à Claude Nougaro ou Elton John, en passant par Maurice Chevalier et Charles Trénet, tous y ont connu des heures de gloire.