Norma

Vincenzo Bellini

Le double événement de la rentrée lyrique parisienne : la venue du Festival de Salzbourg à Paris avec la Norma de Cecilia Bartoli

DUREE DE L'OUVRAGE  2h30 environ
Opéra chanté en italien, surtitré en français

Quatre représentations exceptionnelles de la production du Festival de Salzbourg

Un début de saison lyrique pour le Théâtre de l’avenue Montaigne placé sous le signe de l’exceptionnel avec quatre représentations de la production de la Norma de Bellini en provenance du Festival de Salzbourg. Cecilia Bartoli y incarne le rôle-titre avec une fougue dramatique et une force musicale très personnelles dans une mise en scène brillante de ses complices Patrice Caurier et Moshe Leiser.

L’origine de cette relecture du chef-d’œuvre de Bellini revient à la diva romaine dont on connaît la curiosité et le goût des recherches historiques en matière de répertoire et d’interprétation, et d’une nouvelle édition critique de la partition. Cecilia Bartoli a en effet souhaité renouer avec une version de Norma musicologiquement plus juste, jouée sur instruments d’époque et basée sur les tonalités d’origine. Cela a pour mérite d’offrir une force nouvelle tant sur le plan musical, en particulier les duos entre Norma et Adalgisa, que dramatique.

Cecilia Bartoli est donc une Norma « atypique » : la prêtresse est ici descendue de son piédestal pour se muer en une femme amoureuse et blessée (son « Casta diva » se pare de toutes les couleurs de la passion malheureuse avec un art parfaitement maîtrisé du cantabile). Les graves sont superbes et la ligne vocale est d’un grand raffinement en termes de couleurs, de legato et d’articulation. Amoureuse trompée et déçue qui sombre dans l’infanticide, sa Norma est tout simplement humanisée et magnifique.

Aucun résultat n'a été trouvé Quitter la recherche