2019
2020
Calendrier
EN
Calendrier

Petite Messe solennelle

Gioachino Rossini

Ultime chef-d’œuvre de Rossini qui avait alors renoncé définitivement à composer pour l'opéra. Mais l’inspiration est bien au rendez-vous pour le « dernier de ses péchés de vieillesse ».

Fidelio

Ludwig van Beethoven

Une magistrale leçon orchestrale de Beethoven et un émouvant hymne à l'amour et à la liberté.

 

Passion selon Saint Jean

Jean-Sébastien Bach

L’aînée des Passions de Bach et déjà la parfaite maîtrise de l’équilibre entre airs solistes et parties chorales

Achante et Céphise

Jean-Philippe Rameau

Tout le génie dramatique et coloriste de Rameau irrigue cette pastorale héroïque méconnue que Les Ambassadeurs ont fait renaître.

Roméo et Juliette

Charles Gounod

Passion ardente et étreintes enflammées pour ce drame shakespearien. Gounod se hausse ici à la hauteur du mythe.

Serse

Georg Friedrich Haendel

Le rare Serse de Haendel, sera défendu ici par les très prometteurs Emily D’Angelo et Jakub Józef Orliński. 

Passion selon Saint Matthieu

Jean-Sébastien Bach

La Saint Matthieu où l’art de Bach s’épanouit dans toute sa splendeur et maturité

Le Château de Barbe-Bleue

Béla Bartók

L’unique opéra de Bartók, gorgé des traditions musicales de sa Hongrie natale est une partition envouûtante servie ici par un duo au sommet.

Missa solemnis

Ludwig van Beethoven

Une œuvre monumentale, l’aboutissement de toute une vie musicale et un véritable « Everest » pour ses interprètes.

L’Orfeo

Claudio Monteverdi

Le mythe à l'origine de l'opéra moderne pour une favola in musica à l’origine de l’histoire de l’opéra moderne

Requiem, Messe de Clovis

Gabriel Fauré, Charles Gounod

Le Requiem de Fauré et la rare Messe de Clovis de Gounod. Deux visions du répertoire sacré en France à la fin du XIXe siècle.

Alessandro

Georg Friedrich Haendel

Le rare Alessandro date de la féconde période londonienne de Haendel et fit date lors de sa création réunissant deux plus célèbres divas de son temps.

Psyché

Ambroise Thomas

Moins connue qu'Hamlet, cette Psyché mérite de renaître. Elle témoigne du regain d’intérêt du Second Empire pour la mythologie, ici traitée avec brio.