2018
2019
EN
Calendrier

production & diffusion

Soucieux de faire vivre dans le temps les productions créées par le Théâtre, le service production développe à la fois, une politique de coproduction avec de plusieurs maisons d'opéra en France et propose plusieurs productions existantes à la location.

Dialogues des carmelites

Poulenc

Consacré « Meilleur spectacle de l’année » par la critique et acclamé par le public, le spectacle imaginé par Olivier Py offre une version intemporelle et bouleversante du chef-d’œuvre de Poulenc.

Il Barbiere di Siviglia

Rossini

 

Laurent Pelly signe une mise en scène judicieuse et créative, où les personnages évoluent telles des notes sorties de l’imaginaire de Rossini

Pelleas et Melisande

Debussy

Fluide, sobre, claire et respectueuse du texte, à la fois incarnée et surnaturelle, la conception d’Éric Ruf enchaîne les scènes comme les plans d’un film et joue avec subtilité de l’imagerie médiévale.

Tristan et isolde

Wagner

Grand connaisseur de Wagner, Pierre Audi signe une mise en scène de Tristan et Isolde à l’esthétique sobre et raffinée, où la direction d’acteurs au cordeau révèle les ressorts cachés du drame amoureux.  Les éclairages délicats de Jean Kalman et les costumes atemporels de Christof Hetzer contribuent à créer des tableaux d’une grande force visuelle.

Norma

Bellini

Stéphane Braunschweig met en lumière la double vie de Norma, la prêtresse d’un peuple gaulois opprimé et femme amoureuse de l’ennemi. Dans un espace souterrain, les décors évoluent au gré des scènes pour faire apparaître les lieux privés et publics où se déroule l’action.

Don Giovanni

Mozart

Stéphane Braunschweig a imaginé l’histoire de Don Giovanni à travers le regard de Leporello. Le valet revoit l’ultime journée de son maître en un flashback aux confins du cauchemar.

Mithridate

Mozart

Clément Hervieu-Léger place l’action du drame mozartien dans un théâtre désaffecté en temps de guerre. Dans un décor d’Eric Ruf sublimé par les lumières de Bertrand Couderc, comédiens et réfugiés improvisent une mise en scène de Mithridate de Racine 

La clemence de titus

Mozart

La mise en scène de Denis Podalydès, unanimement saluée par la critique, situe l’action dans les années 1930. Dans un Etat en pleine déroute, la cour de Titus s’est réfugiée dans un grand hôtel (décors signés par Eric Ruf) en attendant le dénouement de la crise.

Idomeneo

Mozart

Stéphane Braunschweig transpose l’action à l’époque de la guerre de Chypre dans une mise en scène sensible où un décor unique et mobile évoque avec justesse les différents lieux de l’intrigue

Theodora

Haendel

Le britannique Stephen Langridge signe une mise en scène élégante et atemporelle de l’ultime oratorio de Haendel. Dans cette première version scénique parisienne de Theodora, le conflit entre la foi d’une martyre chrétienne et la Rome violente et décadente devient celui, plus universel, de l’être humain face à ses choix et ses convictions. 

Orlando furioso

Vivaldi

Pierre Audi situe l’action dans une Venise mystérieuse du XVIIIe siècle où les personnages évoluent dans un univers de plus en plus fantasque.

Orlando

Haendel

David McVicar signe un spectacle tout en élégance où costumes d’époques, lumières magiques et décors virtuoses servent d’écrin aux ambivalences de l’amour.

Contact

Bertrand Schaaff

Des cookies et traceurs permettent d’améliorer votre expérience sur le site.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus cliquez ici