Calendrier
EN
Calendrier

Philippe Jaroussky | contre-ténor

Le Concert de la Loge
Julien Chauvin | violon et direction 

Philippe Jaroussky sur les traces de Farinelli et Carestini, deux des plus grands castrats de l’histoire de la musique baroque.

Philippe Jaroussky
Philippe Jaroussky © Simon Fowler

Programme

Porpora / Farinelli Vs Haendel / Carestini

Porpora Polifemo, ouverture 
« oh volesser gli Dei » (recitativo), « dolce freschi aurette »  (aria Aci)
« dall »amor più sventurato » (aria Orfeo), extrait d’ Orfeo
Haendel Concerto grosso op. 3  n° 5 
« Mi lusinga il dolce affetto » (aria Ruggiero) extrait d’Alcina
« Agitato da fiere tempeste » (aria Oreste), extrait d’Oreste
Ariodante, ouverture
« E vivo ancora » (recitativo) et « Scherza  infida » (aria Ariodante)
Concerto grosso op.6 n° 1
Porpora   « Alto Giove » (aria Aci) extrait de Polifemo
« Alontanata agnella » (aria  Achille), extrait d’Ifigenia in Aulide

A lire

Si notre époque contemporaine a fait de Farinelli une légende (à juste titre, car il était un chanteur phénoménal selon tous les témoignages), elle tend à sous-estimer son grand rival, Giovanni Carestini, que d’aucuns admiraient pour la perfection absolue de son chant selon les propos du compositeur Johann Adolf Hasse. Farinelli travailla avec maints grands auteurs mais jamais avec Haendel – à Londres, il fut même membre de la troupe rivale de celle du Caro Sassone. À l’inverse, Carestini créa plusieurs des grands rôles haendéliens. Philippe Jaroussky ressuscite magistralement l’art de ces deux monstres sacrés du chant, puisant dans les chefs-d’œuvre de Haendel mais aussi Porpora, le professeur de Farinelli et compositeur courtisé par toute l’Europe. Deux airs suffisent à donner un aperçu des hauteurs musicales sur lesquelles volaient ces géants : l’impalpable « Alto Giove » extrait du Polifemo de Porpora et le bouleversant « Scherza infida » tiré de l’Ariodante de Haendel. Le XVIIIe siècle était décidément une époque bénie des dieux, capable de produire des voix de cette envergure et des génies aussi inspirés. Entouré des musiciens du Concert de la Loge, dirigé par le virtuose du violon, Julien Chauvin, Philippe Jaroussky est sans doute le chanteur actuel le plus apte à rendre justice aux sublimes lignes vocales et à la virtuosité transcendante de ce temps.

PRODUCTION Théâtre des Champs-Elysées

Vous aimerez aussi

Georg Friedrich Haendel

Une ode haendélienne à l’amour conjugal portée à l’incandescence par le couple princier Philippe Jaroussky et Marie-Nicole Lemieux.

Dowland, Purcell, Donizetti, Giordani, Rossini, Schubert, Fauré...

Le timbre de Philippe Jaroussky magnifié par les cordes pincées de Thibaut Garcia.

Haendel

La beauté grave du chant d’Emőke Baráth guidée par son complice Philippe Jaroussky.

Continuer sans accepter

Nous respectons votre vie privée

Avec votre accord, nous utilisons des cookies ou technologies similaires pour stocker et accéder à des informations personnelles comme votre visite sur ce site. Vous pouvez retirer votre consentement ou vous opposer aux traitements basés sur l'intérêt légitime à tout moment en cliquant sur "En savoir plus" ou dans notre page dédiée aux cookies sur ce site.

Bienvenue sur le site du Théâtre des Champs-Elysées

Le Théâtre des Champs-Elysées et ses partenaires déposent des cookies et utilisent des informations non sensibles de votre appareil pour améliorer leurs produits et afficher des publicités et contenus personnalisés. Vous pouvez accepter ou refuser ces différentes opérations. Pour en savoir plus sur les cookies, les données que nous utilisons, les traitements que nous réalisons et les partenaires avec qui nous travaillons, vous pouvez consulter notre page dédiée à la gestion des cookies.