2020
2021
Calendrier
EN
Calendrier

Capriccio

Richard Strauss 

« Prima la musica e poi le parole »... Capriccio ou le testament lyrique de Richard Strauss sous la baguette de Christian Thielemann.

Christian Thielemann
Christian Thielemann © Matthias Creutziger

Distribution

Krassimira Stoyanova | La Comtesse
Christoph Pohl | Le Comte
Daniel Behle | Flamand
Nikolay Borchev | Olivier
Georg Zeppenfeld | La Roche
Christa Mayer | Clairon
Distribution à compléter

Christian Thielemann | direction
Staatskapelle Dresden 

Opéra chanté en allemand, surtitré en français et en anglais

A lire

Le Sujet de Capriccio est inspiré de Prima la musica et poi le parole, une pièce comique de Salieri datant de 1786. Stefan Zweig avait proposé le sujet à Strauss avant que l’annexion nazie chasse le romancier d’Autriche. Etonnamment moderne, Capriccio revisite pourtant les formes classiques du genre. L’ouvrage reprend la querelle que se livrèrent au XVIIIe siècle les partisans de la suprématie des mots contre ceux prônant celle de la musique. A partie de ce « duel », Strauss livre ici une page magnifique, truffée de références musicales et littéraires pour illustrer le propos et l’enjeu du débat. Mais il ne faut pas se méprendre sur la dimension de Capriccio que Strauss avait lui-même qualifié de simple « conversation musicale ». L’œuvre est bien plus ambitieuse et cette mise en abîme, qui n’est pas sans rappeler le prologue d’Ariane à Naxos, rivalise d’élégance et de virtuosité dans le texte comme dans la musique. Difficile dès lors de faire le choix de ce qui prime : parole ou musique ?

PRODUCTION Théâtre des Champs-Elysées

Vous aimerez aussi

Richard Strauss

Sublime «poème symphonique scénique», Salomé illustre la luxuriance de son sujet, enrichie ici par la vision de Krzysztof Warlikowski et une distribution de haut vol.

Thomas Dausgaard, Haochen Zhang

Les trois âges de Strauss visités par Thomas Dausgaard et le pianiste Haochen Zhang.