2020
2021
Calendrier
EN
Calendrier

Oreste

Georg Friedrich Haendel 

Un brillant et rare pasticcio constitué d’airs et de cantates de Haendel et une équipe rompue à ce répertoire menée par Franco Fagioli.

Franco Fagioli
Franco Fagioli © Igor Studio, DG
Maxim Emelyanychev
Maxim Emelyanychev © Jean-Baptiste Millot

Distribution

INFORMATION
Afin de vous assurer un placement le plus adapté aux circonstances exceptionnelles que nous traversons, la réservation en ligne est momentanément suspendue pour ce concert. Nous nous tenons à votre disposition pour traiter vos demandes de places par téléphone au 01 49 52 50 50 et aux caisses du Théâtre.

Franco Fagioli | Oreste
Francesca Aspromonte | Ifigenia
Julia Lezhneva | Ermione
Kristian Adams | Pilade
Renato Dolcini | Thoas
Francesca Ascioti | Filotete

Maxim Emelyanychev | direction et clavecin
Il Pomo d’Oro 

Opéra chanté en italien, surtitré en français et en anglais

A lire

Haendel a puisé dans le répertoire d’une douzaine de ses opéras antérieurs, répartis sur plus de vingt-cinq ans, lorsqu’il confectionne en 1734 le pastiche Oreste. Il est alors en situation financière difficile, entre deux théâtres, et obligé de recomposer une équipe de chanteurs en pleine déroute. Pour autant, dans cet ouvrage consacré à la folie d’Oreste et aux retrouvailles avec Iphigénie, et compliqué des travestissements et méprises habituelles, la plupart des airs ne sont pas repris tels quels et collés les uns aux autres, mais connaissent des modifications permettant de les adapter à l’ensemble de la partition et aux spécificités des chanteurs. Il s’agit là d’un procédé assez commun à cette époque et dont Haendel était l’un des maîtres en la matière.

PRODUCTION Théâtre des Champs-Elysées

Vous aimerez aussi

Haendel, Bach

La jeune belge Jodie Devos est la soprano colorature du moment qui triomphe à la scène comme au disque.

Georg Friedrich Haendel

Tamerlano, l'un des plus beaux et poignants exemples de richesse vocale du répertoire baroque.

Sartorio, Monteverdi, Marini, Rossi

La Storia di Orfeo racontée avec grâce par Philippe Jaroussky et Emőke Baráth.