2021
2022
Calendrier
EN
Calendrier

Theodora

Georg Friedrich Haendel 

Chef-d’œuvre crépusculaire et l’une des pages les plus émouvantes de Haendel illuminée par des chanteurs d'exception.

Joyce DiDonato © Simon Pauly
Lisette Oropesa
Lisette Oropesa © Jason Homa
Michael Spyres
Michael Spyres - DR
Maxim Emelyanychev
Maxim Emelyanychev © Elena Belova
Reserver

Distribution

Lisette Oropesa | Theodora
Joyce DiDonato | Irene
Michael Spyres | Septimius
John Chest | Valens
Paul-Antoine Bénos-Djian  | Didymus

Maxim Emelyanychev | direction
Orchestre et chœur Il Pomo d'Oro 

Opéra chanté en anglais, surtitré en français et en anglais

A lire

Avant-dernier ouvrage de Haendel et seul de ses oratorios fondé sur un sujet chrétien, Theodora est, au-delà d’une page testamentaire, un sublime plaidoyer pour la tolérance. En 1749, le musicien est âgé de 64 ans. Ses succès dans l’opera seria sont déjà loin et, depuis dix ans, il s’est tourné vers la forme oratorio. Avec une intensité dramatique digne des plus grandes tragédies, l’œuvre exalte le martyre au début de notre ère d’une chaste chrétienne persécutée par les romains. Haendel lui-même tenait Theodora pour son oratorio préféré et lui réserva d’ailleurs quelques-unes de ses plus belles pages (l’air « With Darkness deep » de la martyre, ceux d’Irène ou encore le duo final de l’acte III). La partition convoque toutes les couleurs et nuances musicales pour exalter la vertu et la foi. Aux chœurs, ici stupéfiants d’émotion, le compositeur fait tour à tour alterner de majestueuses pages illustrant la violence des romains face à la compassion des chrétiens. Pour  servir ce chef-d’œuvre crépusculaire, l’immense Joyce DiDonato et les jeunes Lisette Oropesa et Lucile Richardot rivaliseront de talent sous la direction élégante de Maxim Emelyanychev.

PRODUCTION Théâtre des Champs-Elysées

Vous aimerez aussi

Georg Friedrich Haendel

Une ode haendélienne à l’amour conjugal portée à l’incandescence par le couple princier Philippe Jaroussky et Marie-Nicole Lemieux.

Haendel

La beauté grave du chant d’Emőke Baráth guidée par son complice Philippe Jaroussky.

Georg Friedrich Haendel

Le chefs-d’œuvre de Haendel signé du metteur en scène Damiano Michieletto et les débuts parisiens en fosse de Philippe Jaroussky