2021
2022
Calendrier
EN
Calendrier

Così fan tutte

Wolfgang Amadeus Mozart

Così fan tutte, somptueux manuel du «savoir-aimer» revisité par Emmanuelle Haïm et Laurent Pelly.

Maquette des décors
Maquette des décors - DR
Laurent Pelly
Laurent Pelly © Carole Parodi
Emmanuelle Haïm
Emmanuelle Haïm © Marianne Rosensthiel
Reserver

Distribution

Emmanuelle Haïm | direction
Laurent Pelly | mise en scène et costumes
Chantal Thomas | scénographie
Joël Adam | lumières
Jean-Jacques Delmotte | collaboration aux costumes

Vannina Santoni | Fiordiligi
Gaëlle Arquez | Dorabella
Anna Aglatova | Despina
Cyrille Dubois | Ferrando
Florian Sempey | Guglielmo
Laurent Naouri | Don Alfonso

Le Concert d'Astrée
Chœur Unikanti | direction Gaël Darchen

Opéra chanté en italien, surtitré en français et en anglais

A lire

Così fan tutte est certainement, de tous les opéras mozartiens, celui où l’érotisme affleure de la manière la plus certaine. Ce qui tient du manuel de « savoir-aimer » s’incarne ici dans une trame sonore d’une infinie délicatesse. L’effet combinatoire du livret se délecte des permutations qui découlent des situations (les trois hommes, les trois femmes, les trois couples…) et offre à Mozart une incroyable variété de situations et ensembles vocaux (du duo au sextuor). La musique épouse le rythme haletant du livret et tous les registres psychologiques par lesquels passent les protagonistes, du trouble sensuel à l’assurance la plus affirmée.

Pour cette nouvelle production, nous retrouvons le metteur en scène Laurent Pelly (qui nous avait comblé il y a trois saisons avec un Barbier d’un grand raffinement) et la cheffe Emmanuelle Haïm que l’on ne présente plus ici tant le Théâtre est sa maison parisienne depuis longtemps. Tous deux se connaissent depuis une certaine Alcina à l’Opéra de Paris et partagent ce goût de la théâtralité dont Così est l’un des plus beaux exemples. On retouvera pour l’occasion une équipe de chanteurs de rêve. Qu’on en juge : honneurs aux dames avec le duo Vannina Santoni (blonde Fiordiligi) et Gaëlle Arquez (brune Dorabella), tour à tour courtisées par le Ferrando de Cyrille Dubois et le Guglielmo de Florian Sempey. Laurent Naouri devrait camper avec le panache qu’on lui connaît la figure réconciliatrice d'Alfonso aidé en cela de la facétieuse Despina d’Anna Aglatova qui nous avait tant charmé en Suzanne des Noces signées James Gray.

NOUVELLE PRODUCTION
COPRODUCTION Théâtre des Champs-Elysées | théâtre de Caen | Tokyo Nikikai Opera Fondation | Pacific Opera Victoria
En partenariat avec france.tv

Vous aimerez aussi

Le Concert d’Astrée fête ses 20 ans !

Les 20 ans du Concert d’Astrée d’Emmanuelle Haïm  en compagnie d’une pléiade d’artistes fidèles.

Mozart

Julien Taylor et ses amis du Consort pour une matinée consacrée au jeune Mozart.

Mozart

Les grandes héroïnes mozartiennes revisitées par Elsa Dreisig.