2020
2021
Calendrier
EN
Calendrier

Le Ballet royal de la Nuit

Musiques de Jean de Cambefort, Antoine Boësset, Louis Constantin, Michel Lambert, Francesco Cavalli, Luigi Rossi

Véritable « cabinet de curiosités », cette féerie baroque reconstitue l’une des fêtes mythiques de la cour de Louis XIV.

Ballet royal de la Nuit
Ballet royal de la Nuit © Philippe Delval, Théâtre de Caen
Ballet royal de la Nuit
Ballet royal de la Nuit © Philippe Delval, Théâtre de Caen
Ballet royal de la Nuit
Ballet royal de la Nuit © Philippe Delval, Théâtre de Caen

Distribution

INFORMATION
Afin de vous assurer un placement le plus adapté aux circonstances exceptionnelles que nous traversons, la réservation en ligne est momentanément suspendue pour ces représentations. Nous nous tenons à votre disposition pour traiter vos demandes de places par téléphone au 01 49 52 50 50 et aux caisses du Théâtre.

Sébastien Daucé | direction et reconstitutions musicales
Francesca Lattuada | mise en scène, chorégraphie, scénographie, costumes
Olivier Charpentier, Bruno Fatalot | costumes
Christian Dubet | lumières
Catherine Saint-Sever | maquillages, coiffures, perruques
Aitor Ibáñez | vidéo

Lucile Richardot | La Nuit / Vénus
Violaine Le Chenadec | Une heure / Cintia / Une grâce française
Caroline Weynants | Eurydice / Une grâce française / Une grâce italienne / Une ombre errante 
Ilektra Platiopoulou | Junon
Caroline Dangin-Bardot | Vénus / Le Silence / Une grâce italienne
Perrine Devillers | Pasitea / Mnémosyne / L’Aurore
Deborah Cachet | La Lune / Déjanire / Une grâce française / La Beauté / Une ombre errante
David Tricou | Apollon / Une ombre errante / Une grâce italienne
Etienne Bazola | Le Sommeil / Un suivant de Vénus / Une ombre errante
Renaud Bres | Hercule
Nicolas Brooymans | Le Grand Homme 
Sean Patrick Mombruno | danseur
Jive Faury, Yan Oliveri, Vincent Regnard | jongleurs
Julien Amiot, Marianna Boldini, Pierre-Jean Bréaud, Frédéric Escurat, Alexandre Fournier, Caroline Le Roy, Pierre Le Gouallec, Pablo Monedero de Andrès, Jordi Puigoriol, Michael Pallandre, Etienne Revenu | acrobates

Choeur et orchestre Ensemble Correspondances

Opéra chanté en français, surtitré en français et en anglais

A lire

Commandé par Mazarin au lendemain de la Fronde pour assoir le pouvoir du jeune Louis XIV, ce Ballet royal marquera l’Histoire tant musicale que politique en consacrant la personnification du monarque en Roi Soleil. En effet, ce dernier, grand amateur de danse qu’il pratiquait volontiers, apparut à la fin du spectacle en costume de soleil, un symbole qu’il adopta, se présentant dès lors comme celui qui chasse les ténèbres et qui rayonne sur le monde. Le musicologue et chef Sébastien Daucé a reconstitué avec patience et passion la partition de ce spectacle aussi historique que mythique puisqu’il n’avait jamais été rejoué depuis sa création en 1653. Signant mise en scène, chorégraphie, scénographie et costumes, Francesca Lattuada a su elle redonner vie à toute la magie du livret qui puise dans les mythes, les légendes et divers contes. Un véritable « cabinet de curiosité » coloré dans le plus pur esprit du baroque à la française.

Production : théâtre de Caen
Coproduction : Opéra de Dijon, Opéra Royal / Château de Versailles Spectacles, Ensemble Correspondances
Avec le soutien de la Fondation Rothschild
Coproducteur associé pour la nouvelle production : Théâtres de la ville de Luxembourg
En partenariat avec france.tv

La presse en parle

Le Ballet royal de la nuit, rêverie solaire et féerie totale...Un spectacle en tous points fabuleux.

- Télérama

Un Ballet royal de la nuit éblouissant et féerique 

- Le Monde

Acrobates, jongleurs, chanteurs et musiciens : Le Ballet royal de la nuit est un spectacle enchanteur et total qui fait la place belle au merveilleux...

- Sceneweb

Vous aimerez aussi

Cavalli, Bononcini, Haendel, Hasse

Jakub Józef Orliński, ou le moderne et digne successeur des castrats du XVIIIe siècle.

Marc-Antoine Charpentier

Dumont et Charpentier ou l’art du Grand Motet à la française dans sa plus parfaite plénitude.

Henry Desmarest

La méconnue Didon d’Henry Desmarest renaît grâce au Centre de musique baroque de Versailles et à Véronique Gens dans le rôle-titre.