2020
2021
Calendrier
EN
Calendrier

Patrizia Ciofi | soprano
Lea Desandre | mezzo-soprano
Anthea Pichanick | contralto

Thibault Noally | direction
Les Accents 

Haendel et ses muses servis par Patrizia Ciofi, Lea Desandre et Anthea Pichanick.

Patrizia Ciofi, Lea Desandre, Anthea Pichanick
Patrizia Ciofi - DR, Lea Desandre - DR, Anthea Pichanick © Julie Cherki
Reserver

Programme

Haendel, Porpora, Broschi, Caldara 

A lire

Pour les mélomanes du XXIe siècle, Haendel domine incontestablement l’art lyrique du XVIIIe siècle. Mais ses contemporains n’étaient pas de cet avis et d’autres maîtres lui disputaient, souvent avec succès, la faveur des auditoires. Porpora, le professeur de Farinelli, fut invité à Londres par les ennemis de Haendel pour faire tomber ce dernier. Le frère de Farinelli, Riccardo Broschi, lui aussi un compositeur très estimé, connut un certain succès dans la capitale anglaise. De l’autre côté du continent, à Vienne, Caldara s’affirmait comme l’illustre représentant de l’école italienne dans la capitale impériale. Tous écrivirent des pages sublimes pour les étoiles de leur temps : Farinelli, certes, mais d’autres castrats à peine moins adulés (Carestini, Senesino ou Caffarelli), sans oublier les sopranos Francesca Cuzzoni ou Faustina Bordoni, ou la mezzo Margherita Durastanti. Puisant dans les œuvres les plus célèbres de Haendel et ses contemporains, Thibault Noally et les virtuoses des Accents ressuscitent une époque glorieuse, entourant avec amour les voix somptueuses de Patrizia Ciofi, étoile des plus grandes scènes lyriques, et de deux étoiles montantes déjà aux commandes d’une carrière flatteuse, Lea Desandre et Anthea Pichanick. Une soirée qui s’annonce étourdissante.

PRODUCTION Les Grandes Voix

Vous aimerez aussi

Cavalli, Bononcini, Haendel, Hasse

Jakub Józef Orliński, ou le moderne et digne successeur des castrats du XVIIIe siècle.

Rossini, Bellini, Verdi...

Sonya Yoncheva célèbre l'opéra romantique et le bel canto.

Sartorio, Monteverdi, Marini, Rossi

La Storia di Orfeo racontée avec grâce par Philippe Jaroussky et Emőke Baráth.