Continuer sans accepter

Nous respectons votre vie privée

Avec votre accord, nous utilisons des cookies ou technologies similaires pour stocker et accéder à des informations personnelles comme votre visite sur ce site. Vous pouvez retirer votre consentement ou vous opposer aux traitements basés sur l'intérêt légitime à tout moment en cliquant sur "En savoir plus" ou dans notre page dédiée aux cookies sur ce site.

Bienvenue sur le site du Théâtre des Champs-Elysées

Le Théâtre des Champs-Elysées et ses partenaires déposent des cookies et utilisent des informations non sensibles de votre appareil pour améliorer leurs produits et afficher des publicités et contenus personnalisés. Vous pouvez accepter ou refuser ces différentes opérations. Pour en savoir plus sur les cookies, les données que nous utilisons, les traitements que nous réalisons et les partenaires avec qui nous travaillons, vous pouvez consulter notre page dédiée à la gestion des cookies.

    Calendrier

    Quatuor de Jérusalem 

    Vaste voyage de Haydn à Chostakovitch pour le Quatuor de Jérusalem.

    Photo du Quatuor de Jérusalem © Felix Broede
    Quatuor de Jérusalem © Felix Broede

    Haydn  Quatuor n° 44 op. 50 n° 1 « Quatuor prussien »
    Mozart  Quatuor n° 19 K. 465 « Dissonances »
    Chostakovitch  Quatuor n° 12 op. 133 

     Atelier Jeune Public  Atelier Si Noël m’était conté... (4-6 ans)

    Leurs seize cordes sont sans doute les plus chaleureuses de la scène chambriste actuelle. Constitué en 1993, reconfiguré en 2010 – recruté par les Berliner Philharmoniker, Amihai Grosz cédait alors l’alto à Ori Kam –, le Quatuor de Jérusalem prolonge la tradition des grandes formations du XXe siècle plutôt que de chercher, côté classiques, à suivre les historicistes. Le magazine Diapason l’a d’ailleurs confirmer chez Amadeus comme « l’un des meilleurs ensembles au monde, tant sur le plan de la maîtrise technique que sur celui de l’expression ». De Chostakovitch, dont ils ont tout joué, ils s’arrêteront ensuite sur le Douzième, lequel, en 1968, lorgnait le dodécaphonisme de Schoenberg sans toutefois rompre avec le monde tonal.   

     

    Coréalisation Jeanine Roze Production | Théâtre des Champs-Elysées