Continuer sans accepter

Nous respectons votre vie privée

Avec votre accord, nous utilisons des cookies ou technologies similaires pour stocker et accéder à des informations personnelles comme votre visite sur ce site. Vous pouvez retirer votre consentement ou vous opposer aux traitements basés sur l'intérêt légitime à tout moment en cliquant sur "En savoir plus" ou dans notre page dédiée aux cookies sur ce site.

Bienvenue sur le site du Théâtre des Champs-Elysées

Le Théâtre des Champs-Elysées et ses partenaires déposent des cookies et utilisent des informations non sensibles de votre appareil pour améliorer leurs produits et afficher des publicités et contenus personnalisés. Vous pouvez accepter ou refuser ces différentes opérations. Pour en savoir plus sur les cookies, les données que nous utilisons, les traitements que nous réalisons et les partenaires avec qui nous travaillons, vous pouvez consulter notre page dédiée à la gestion des cookies.

    Calendrier

    Deborah

    Georg Friedrich Haendel 

    Un rare oratorio biblique en anglais de Haendel qui nous offre l’occasion de retrouver Ton Koopman et Jakub Józef Orliński.

    Photo de Ton Koopman © Eddy Posthuma de Boer
    Ton Koopman © Eddy Posthuma de Boer
    Photo de Sophie Junker © Jean-Baptiste Millot
    Sophie Junker © Jean-Baptiste Millot
    Photo de Jakub Józef Orliński © Jiyang Chen
    Jakub Józef Orliński © Jiyang Chen

    Sophie Junker | Deborah
    Jakub Józef Orliński | Barak
    Sophia Patsi | Sisera Wolf
    Matthias Friedrich | Abinoam

    Ton Koopman | direction
    Amsterdam Baroque Orchestra & Choir 

    Entre le 27 janvier et le 10 juillet 1733, Haendel offre au public londonien 3 premières : 27 janvier, première d’Orlando suivi un peu moins de deux mois plus tard, le 17 mars par celle de Deborah puis le 10 juillet par celle d’Athalie, ces deux derniers sous la forme oratorio et en anglais. C’est dire la productivité du compositeur en ce début de décennie, poursuivant le rythme déjà soutenu de ses précédents opus (notamment les chefs-d’œuvre Giulio Cesare et Rodelinda). Deborah est le second oratorio qu’il composa sur un sujet biblique et en langue anglaise, son pays d’adoption depuis 1727. Délaissant les stars italiennes de l’époque, Haendel se tourne vers les voix anglaises, le plus souvent issues des excellents chœurs dont regorgent Londres à cette époque. Il y là une nette volonté de se rapprocher du public en lui offrant un récit qu’il est à même de comprendre et donc sans doute d’apprécier. Comme il était d’usage à l’époque, et particulièrement pour Haendel, certaines parties proviennent d’œuvres antérieures du musicien, ce qui n’enlèvent en rien à la cohésion musicale et dramatique de l’ouvrage.

    Production Théâtre des Champs-Elysées