Continuer sans accepter

Nous respectons votre vie privée

Avec votre accord, nous utilisons des cookies ou technologies similaires pour stocker et accéder à des informations personnelles comme votre visite sur ce site. Vous pouvez retirer votre consentement ou vous opposer aux traitements basés sur l'intérêt légitime à tout moment en cliquant sur "En savoir plus" ou dans notre page dédiée aux cookies sur ce site.

Bienvenue sur le site du Théâtre des Champs-Elysées

Le Théâtre des Champs-Elysées et ses partenaires déposent des cookies et utilisent des informations non sensibles de votre appareil pour améliorer leurs produits et afficher des publicités et contenus personnalisés. Vous pouvez accepter ou refuser ces différentes opérations. Pour en savoir plus sur les cookies, les données que nous utilisons, les traitements que nous réalisons et les partenaires avec qui nous travaillons, vous pouvez consulter notre page dédiée à la gestion des cookies.

    Calendrier

    Orchestre de chambre de Paris

    Giovanni Antonini | direction
    Benoît Grenet | violoncelle
    Adrien Ramon | trompette 

    L’Orchestre de chambre de Paris et Giovanni Antonini au cœur du classicisme viennois.

    Photo de Giovanni Antonini © Marco Borggreve
    Giovanni Antonini © Marco Borggreve

    Berlin  Sinfonia à cinq pour cornet à bouquin, cordes et continuo
    Kraus  Symphonie en ut mineur, VB 142
    Stamitz  Concerto pour violoncelle n° 3
    Mozart  Symphonie n° 41 K. 551 « Jupiter » 

    La Symphonie n° 41 « Jupiter » de Mozart est l’apogée solaire de l’orchestre classique qui, au cours du xviiie siècle, s’est développé sous l’impulsion de compositeurs comme Berlin, Stamitz et Kraus. Si l’étonnante Sinfonia avec cornet à bouquin du musicien germano-norvégien Johan Daniel Berlin (1714-1787) résonne d’échos du baroque tardif, Carl Stamitz, lui, fait partie de cette école de Mannheim si importante dans le développement de la musique orchestrale : elle ouvre la voie au style classique de Johann Martin Kraus et Mozart, deux compositeurs nés la même année. Mais la « Jupiter » regarde aussi vers Bach et Haendel, que Mozart avait découverts quelques années auparavant : ce fructueux dialogue entre le passé et le présent rayonne dans le dernier mouvement, à la fois tour de force technique et apothéose jubilatoire.

    Production Orchestre de chambre de Paris