Continuer sans accepter

Nous respectons votre vie privée

Avec votre accord, nous utilisons des cookies ou technologies similaires pour stocker et accéder à des informations personnelles comme votre visite sur ce site. Vous pouvez retirer votre consentement ou vous opposer aux traitements basés sur l'intérêt légitime à tout moment en cliquant sur "En savoir plus" ou dans notre page dédiée aux cookies sur ce site.

Bienvenue sur le site du Théâtre des Champs-Elysées

Le Théâtre des Champs-Elysées et ses partenaires déposent des cookies et utilisent des informations non sensibles de votre appareil pour améliorer leurs produits et afficher des publicités et contenus personnalisés. Vous pouvez accepter ou refuser ces différentes opérations. Pour en savoir plus sur les cookies, les données que nous utilisons, les traitements que nous réalisons et les partenaires avec qui nous travaillons, vous pouvez consulter notre page dédiée à la gestion des cookies.

    Calendrier

    Elisabeth Leonskaja | piano 

    Elisabeth Leonskaja voyage de Mozart, Chopin à Schumann.

    Photo de Elisabeth Leonskaja © Marco Borggreve
    Elisabeth Leonskaja © Marco Borggreve

    Mozart  Sonate n° 18 K. 576
    Schoenberg  Sechs kleine Stücke op. 19
    Chopin  Nocture op. 55 n° 1, Nocture op. 27, Polonaise-Fantaisie op. 69
    Berg  Sonate op. 1
    Schumann  Etudes symphoniques op. 13 

    La grande Dame du piano fut la partenaire musicale de Sviatoslav Richter qui reconnut en elle son alter ego par l’intensité de son jeu et sa connaissance intime du répertoire pianistique dont elle est une passeuse unanimement saluée. Après plusieurs soirées en bonne compagnie des Streichquartett der Staaskapelle Berlin, la voici de retour en solo pour un nouveau voyage dans des contrées bien diverses. Pour débuter, Mozart et sa sonate K. 576. Nous savons par ses lettres, que Mozart avait résolu au cours de l’été 1789 de composer six nouvelles sonates pour piano faciles pour la princesse Friederike de Prusse. Seule la sonate ré majeur K. 576 vit le jour et elle est tout sauf « facile » ! Bien au contraire elle exige une extraordinaire dextérité et pourrait bien être la sonate techniquement la plus difficile de Mozart. Suivront deux pièces de Schoenberg et Berg, rythmées par deux Nocturnes et une Polonaise-fantaisie de Chopin. Les six pièces pour piano, ces « miniatures » (5 minutes au total) sont contemporaines de la sonate n° 1 de Berg et donnent à entendre un style purement dépouillé en réaction à la grande forme instrumentale, celle justement développée par les Etudes symphoniques de Schumann de l’op. 13 qui restent, elles, parmi les pages pour piano seul du musicien parmi les plus populaires et une parfaite illustration des « études en forme de variations ».

    Production Piano****